Nos aliments en 200 questions par l’IFN

C’est en 2007 que L’IFN (Institut Français de la Nutrition) a publié un dossier destiné à
« répondre à 200 questions de consommateurs », mais ce n’est qu’hier que je l’ai découvert sur Blogagroalimentaire. L’idée est de briser les « idées reçues ». Lorsque l’on se rend dans cette rubrique on découvre que les questions sont classées par catégories comme par exemple Fruits & Légumes, Produits Laitiers ou bien Corps Gras.

Certaines questions sont aussi basiques qu’indispensables comme :

  • Qu’est-ce qu’un aliment ?
  • Existe-t-il de bons ou de mauvais aliments ?
  • Comment lire une étiquette ?

D’autres font doucement sourire :

  • Est-il « normal » de consommer du lait à l’âge adulte ?
  • S’il y a 2 jaunes d’œufs, cela signifie-t-il que les poules ont été piquées aux hormones ?

On peut aussi lire des questions vraiment intéressantes :

  • Que veut dire 4ème gamme ?
  • Que sont les oméga 6 et les oméga 3 ?
  • Les smoothies, qu’est-ce que c’est ?

Bon, pour l’instant tout est bien mignon. Passons maintenant aux questions controversées avec par exemple :

  • Les céréales pour le petit-déjeuner sont-elles aussi sucrées qu’on le croit ?
  • Les édulcorants sont-ils dangereux pour la santé ?

A chaque fois, j’ai été surpris de voir que les réponses données étaient formulées de manière positive. Ainsi, les céréales pour le petit-déjeuner ne sont pas trop sucrées et le surimi est fabriqué avec des filets de poissons (synonyme de produit noble). Etonnant…

Tout s’explique lorsqu’on se rend dans la rubrique « Adhérents ». Tous les grands groupes agroalimentaires sont présents comme Coca-Cola, Kraft, Nestlé, Danone, Unilever ou bien encore Mars. On retrouve aussi des lobbys à la manière du CEDUS (Centre d’études et de documentation du sucre), l’ITERG (Institut des Corps Gras) et le SNFPSC (Syndicat national des fabricants de produits surgelés et congelés). Bref, on comprend maintenant la tournure volontairement positive des réponses.

Ce qu’il faut retenir ?

Il faut toujours jeter un œil sur les personnes ou les entreprises qui sont à la base de ce genre d’instituts, de syndicats ou de fédérations. De même, savoir qui finance réellement une étude scientifique est toujours très intéressant. Vous verrez que ça permet de comprendre énormément de choses.