Les nouvelles créations glacées par Amorino et Häagen-Dazs

Alors même que l’été n’est pas encore terminé, voilà que l’on parle déjà des desserts glacés qui viendront peut-être se retrouver sur votre table à l’occasion des fêtes de fin d’année. Deux acteurs du secteur ont d’ores et déjà dévoilés ce qu’ils ont dans leurs cartons.

Le glacier Amorino, qui possède à ce jour 49 boutiques en France, sort pour la première fois des bûches glacées. C’est peut-être pour cette raison que les recettes proposées n’ont rien de bien innovant et utilisent les best-sellers de la marque. Ainsi, le cube blanc Cubo sera composé d’un biscuit au cacao surmonté de glace vanille et chocolat avec un coeur de meringue. Le biscuit au cacao sera également de la partie pour la bûche rectangulaire Le Rose ainsi que la glace vanille. Le parfum proche du Nutella appelé L’inimitable sera aussi présent dans cette création ainsi que les célèbres fleurs.


Comptez 34.90€ pour Cubo (8 à 10 personnes), 19.90€ pour la version 4 à 6 personnes et 29.90€ pour Le Rose (6 à 8 personnes).

Côté grande consommation, Häagen-Dazs dévoile ses deux dômes glacés sous la gamme Exclusif Création. Les recettes précises ne sont pas encore connues, mais on apprend quand même qu’elles seront axées  » autour de la noix de macadamia et du caramel beurre salé ».

Ces créations de 8 parts seront vendues en exclusivité chez Géant-Casino pour un prix de 17.90€.

Des nouveaux formats et un design revu chez Grimbergen

C’est depuis juin 2012 que les bouteilles 25cl et 33cl sont disponibles avec un nouveau design « plus moderne et élancé ». En plus d’avoir une forme plus allongée, une collerette a fait son apparition ainsi qu’un embossage au nom de la marque.

Pour ceux qui préfèrent les plus gros formats, sachez que la bouteille 65cl est remplacée par une de 75cl. Je ne sais pas trop ce qui a justifié l’ajout de 10cl supplémentaires…

Enfin, la référence Grimbergen Rouge est maintenant aussi proposée dans une cannette de 50cl pour les grosses soif !


Gagnez des lots P’tit Dros

Edit 23/07/12 :

Suite au tirage au sort, voici les noms des cinq gagnants : Maud A. de Paris, Malika R. d’Avignon, Aurelia C. de Grandvillars, Laura D. de Malakoff et Didier B. de La Rochelle !

——–

Dans le monde des compotes en doypack ciblant spécialement les enfants, il y a les Pom’Potes de Materne et maintenant P’tit Dros par Andros. Ce dernier n’est pas réellement nouveau puisqu’on connaissait ces compotes sous le nom de Andros Pocket. Ainsi, le produit reste le même puisque c’est uniquement le positionnement qui change avec un nouveau nom, un visuel différent et l’arrivée des huit différents personnages caractérisés par une bouche : Otto Matik, Daisy-Belle, Zabou Chancoeur, Béa Cadabra, Clara Hoké, Jean Bedebois, Bobby Strass et Manu Percut.

Les recettes et les saveurs sont inchangées : pomme nature, pomme-fraise, pomme-poire, pomme-pêche, pomme-abricot, pomme-vanille et pomme-fraise-banane.

Bon il n’y a au final pas grand chose à dire de plus, mise à part que serez cinq à recevoir prochainement une sélection de P’tit Dros. Pour ce faire, rien de plus simple ! Remplissez simplement ce formulaire avant le dimanche  22 juillet.

Le kit de fabrication de fromage frais

Si pour vous le DIY (Do It Yourself ou Fait Maison) va plus loin que d’ajouter un peu d’eau à une préparation comme celle du Crumble de la gamme Les Inratables par Francine, alors je pense que le kit de fabrication de fromage frais des Laboratoires Abia ne devrait pas vous faire peur ! C’est grâce à Gregory de Cookmyworld que j’ai eu connaissance de ce produit.

L’idée est donc de pouvoir fabriquer très simplement ses propres fromages frais à la maison à partir de n’importe quel type de lait que l’on trouve dans le commerce. Il est préférable d’utiliser du lait cru frais plutôt que du lait UHT, car le temps de prise sera de 3h au lieu de 12h. Salé ou sucré, vous serez maître dans la réalisation de votre fromage frais.

Vous retrouverez dans ce kit :

  • Une boîte qui sert de cuve de coagulation
  • Un couvercle qui sert de bac d’égouttage
  • Six faisselles de 20 cl
  • Un thermomètre
  • Une louche en mélaminé blanc
  • Cinq sachets de ferments lactiques aromatiques
  • Cinq sachets de présure
  • Deux dosettes de quatre différents mélanges d’épices
  • Le mode d’emploi descriptif du procédé de fabrication


Chaque kit permet de transformer de 1 à 10L de lait ce qui représente 6 à 30 fromages. Si vous venez à cours de présure ou de ferment lactique, il est aussi possible d’acheter des recharges.

Comptez 19.95€ pour le kit et 13€ pour la recharge. En vente uniquement en ligne.

Tap The Cap ou la non-innovation

Pour ma deuxième chronique sur Agro-media, j’aimerais pousser un petit coup de gueule (mais gentil et avec les formes) sur Tap The Cap, une « innovation » récemment primée aux FoodBevAwards.

Pour rappel, Tap The Cap est une capsule en plastique pouvant contenir jusqu’à 9.5 gr de compléments alimentaires, vitamines ou bien encore des médicaments sous formes liquide ou en poudre. En gros c’est une solution permettant de rajouter une substance à de l’eau. L’idée d’une capsule a déjà été développée par la marque française Delo avec l’inconvénient que ce bouchon capsule ne fonctionnait qu’avec un diamètre de goulot déterminé. L’avantage de Tap The Cap est qu’il fonctionne avec 99% des bouteilles sur le marché.

Ok c’est très bien tout ça, mais je trouve que ce produit est une aberration, une non-innovation ! Les deux entrepreneurs se targuent en disant que Tap The Cap est fun et ne manquera pas de déclencher le « WOW-factor » !

« Hé regarde, j’ajoute une substance à mon eau avec un truc trop bien où il suffit d’appuyer sur un bouton pour que son contenu se déverse dans l’eau ». WOW !

Effectivement, ce produit est séduisant en apparence, mais en y réfléchissant bien il va totalement à l’opposé de ce que devrait être une innovation de nos jours.

Quel gaspillage de matière ! Dès que le moment WOW – qui dure à tout casser 2 secondes – est terminé, qu’est-ce qu’on fait de la capsule ? Et bien on la jette. Et vu la conception de Tap The Cap, c’est une quantité non négligeable de plastique qui est mise à la poubelle pour un bénéfice à mon sens nul. Il existe déjà des packagings permettant de rajouter une substance à de l’eau, certes moins WOW, mais tout aussi pratique. Il s’agit des petits sticks comme ceux pour le sucre. Et ne parlons pas de la fabrication et du transport qui sont forcément plus consommateurs d’énergie puisque le produit comporte au moins trois éléments distincts et est plus lourd. Voilà pourquoi pour moi, Tap The Cap est une non-innovation.

Je ne suis pas contre l’innovation, bien au contraire. Mais un produit innovant ne doit pas l’être uniquement dans l’apparence, à un moment T de son utilisation qui est bien trop souvent réduit au moment de son utilisation/consommation. Il doit l’être tout au long de la chaine, de sa fabrication à sa destruction ou son recyclage.

Ce billet est aussi en ligne sur Agro-media dans le cadre de la rubrique « La parole aux blogueurs ».