Magnum présente sa nouvelle gamme « 5 kisses »

Magnum a présenté la semaine dernière au cours d’une soirée grandiose sa nouvelle gamme de bâtonnets inspirée de la pâtisserie et appelée « 5 kisses ». Comme a son habitude, la marque s’offre un positionnement glamour et sensuel pour séduire une cible d’adultes gourmands. Nos « 5 kisses » se révèlent être cinq nouvelles recettes plutôt élaborées puisqu’on y retrouvera des inclusions et du coulis en plus de la crème glacée et de l’enrobage au chocolat.

magnum5kisses1

  • First Kiss inspiration crème brulée (80ml): glace saveur crème brûlée, sauce au caramel, éclats de caramel et enrobage au chocolat au lait
  • Loving Kiss inspiration meringue et fruits rouges (80ml): glace (on ne connaît pas son goût) avec une sauce aux fruits rouges, inclusions de meringue et cranberries enrobée de chocolat au lait
  • Passionate Kiss inspiration tiramisu (80ml): glace saveur tiramisu, sauce au café, morceaux de génoise et éclats de chocolat avec un enrobage de chocolat au lait
  • Flirty Kiss inspiration gâteau au chocolat (50ml): glace au chocolat au lait, sauce cacao, morceaux de brownies et enrobage de chocolat au lait
  • Stolen Kiss inspiration tarte aux pommes (50ml): glace à la vanille, sauce à la pomme, morceaux de tarte aux pommes et enrobage de chocolat blanc parfumé à la cannelle

magnum5kisses2

De mon côté, j’ai adoré la glace meringue/fruits rouges pour sa fraîcheur et celle inspirée du gâteau au chocolat pour son extrême gourmandise. La meringue et les fruits rouges forment un duo qui gagne quasiment à tous les coup et le chocolat… reste fidèle à lui-même. Après avoir goûté à la glace tiramisu de chez Amorino, toutes les autres ne sont désormais pour moi que des petites joueuses. C’est pour cette raison que la Passionate Kiss n’a pas su me convaincre. Au sujet de la crème brûlée, même si les éclats de caramel font bien leur travail, je l’ai trouvé un poil trop chimique. Les « bisous » je les aime les plus naturels possibles. Enfin, la glace « tarte aux pommes » a su me réconcilier un peu avec la glace à la pomme, mais je ne souhaite pas retenter l’expérience.

Au niveau prix, cette gamme Magnum « 5 kisses » reste dans les codes de la marque puisqu’ils sont plutôt élevés. Comptez autour de 3.99€ pour un paquet de trois bâtonnets de 80 ml et 4.56€ pour le pack de 6×50 ml.

Je pense retenter l’expérience du baiser Magnum une autre fois, mais resterai fidèle à mon pot de Ben & Jerry’s.

Test : Unox Cheeseburgers… URK !

L’une des particularités de la viande pour cheeseburger d’Unox (Unilever) est que je l’ai acheté il y a 6 mois aux Pays-bas et que je ne l’ai jamais mise au frais. En effet, il s’agit d’une gamme de « junkmeat » déjà cuite et conditionnée sous vide. Ainsi, le produit que j’avais entre les mains était encore « comestible » jusqu’en octobre 2011.

Dans chaque steak de 80g (200kcal), on retrouve 75% de viande (porc et boeuf), 10% de fromage, de la panure, du sel, des arômes, des stabilisants, des extraits de levure et du poivre blanc.

Dès l’ouverture, l’odeur qui s’échappe du paquet n’est pas celle que l’on attend d’un produit comme celui-ci. On s’approche plutôt de celle d’un pâté en conserve, mais ce n’est pas encore ce qu’il y a de moins ragoûtant. Regardez un peu l’allure du truc. URK ! Après un passage d’une minute et 50 secondes au micro-ondes, l’amas de viande est devenu tout luisant de gras. Lorsqu’on le coupe en deux, on découvre qu’on est à des années lumières d’un steak haché. On est proche de la texure d’un knacki en un peu plus ferme.

Il a fallu que je prenne sur moi pour croquer dans ce steak haché/saucisse et étonnement ce n’est pas aussi mauvais que ça en à l’air. Ça a ni le goût de fromage et encore moins de véritable steak haché. Je le qualifierai de « viande indéfinissable salée ». Si vous ne voyez pas de fromage c’est normal puisqu’il est intégré à la mixture et on découvre à certains endroits des poches de gras. Sympa comme surprise.  Bien entendu, la viande à cheeseburger d’Unox n’a pas été fabriquée avec des morceaux de premier choix, mais ça ne doit pas être pire que la fabrication des knacki.

En deux mots : à éviter !

Magnum Mini façon cocktail

Le froid vient tout juste de s’abattre sur la France (a prononcé avec une voix fataliste de journaliste TV) que l’on va déjà parler d’un produit que l’on pourra déguster bien au chaud cet été.

Tout comme Léonidas qui a mêlé l’univers des cocktails à celui du chocolat en 2010, Magnum (Unilever) avec sa gamme Mini s’apprête à faire la même expérience. C’est donc à partir d’avril 2011 que vous trouverez dans les congélateurs les Magnum Mini Irish Cream et Limoncello.

  • Magnum Mini Irish Cream : glace saveur Irish Cream avec un coulis à la crème de wisky le tout enrobé de chocolat au lait
  • Magnum Mini Limoncello : coque de chocolat au lait avec un cœur de glace au citron et un coulis à la liqueur de citron

La question auquel je n’ai pas encore de réponse est de savoir si ces glaces sont alcoolisés ou alors s’il reste seulement le goût.

Pour ceux qui ne sauraient patienter jusqu’à avril, sachez que le bar l’Echelle de jacob (12 rue jacob, 75006 Paris) a créé pour l’occasion deux cocktails inspirés de ces nouvelles glaces. Le lemon magnum et l’irish magnum seront shakés jusqu’au 28 février 2011. Pour ceux qui n’habitent pas Paris et qui veulent tester ces créations, voici les deux recettes.

  • Lemon magnum

Dans un shaker, mélanger :
1/8 de lemon
0,5 cl de sirop de sucre
2 cl de vodka
1 cl de liqueur de chocolat blanc
Une pointe de crème liquide
Servir dans un verre à cocktail avec un twist de citron pour la décoration.

  • Irish magnum

Dans un verre à vin et dans cet ordre, verser :
1 cl de liqueur de café
0,5 cl de sirop de sucre
1,5 cl de whisky irlandais
Dans un shaker, mélanger
1,5 cl de liqueur de chocolat
Une pointe de crème
Puis verser le contenu dans le verre pour qu’il pénètre à travers les étages.

Bon weekend !

Test : La pizza par Bi-Fi

Tout comme le chocolat chaud Mars, j’ai découvert cette pizza vendue sous la marque Bi-Fi (Unilever) dans une boutique de la gare de Bruxelles.

Il s’agit d’un snack que l’on peux transporter partout, dans un sac, une poche… sans forcément la conserver au frais puisque cette pizza se stock en ambiant.

Dans cette pizza (40g) qui est en réalité un sorte de bun, on retrouve 15% de salami, 25% de sauce pizza et 10% de préparation au fromage.

Dès l’ouverture du sachet, on ressent tout de suite une forte odeur de salami qui est loin d’être désagréable. Par contre, le bun est assez gras puisqu’on a tout de suite une sensation « huileuse » quand on le prend avec ses doigts. Une fois en bouche, la texture est plutôt molle sauf le salami qui est très ferme. Je m’attendais à manger quelque chose de plutôt passable, mais il s’avère que je me suis trompé. En effet, ce snack a un goût plus que correct quand on croque tout les ingrédients en même temps. Si on s’amuse à les goûter un par un, on remarquera que le fromage est insipide. Heureusement qu’il y a cette « sauce » tomate et le salami pour donner de la saveur.

Même si cette pizza Bi-Fi n’a rien d’exceptionnelle, ça reste quand même un snack original à manger en accompagnement d’une pomme.

Comptez 1.50€ pour 40g.

En faisant un rapide tour sur le site de Bi-Fi, j’ai découvert qu’il existait aussi du salami énergisant! Dingue!

Des nouvelles du marché des alicaments

Dans le magazine Management n°175 (mai 2010), on découvre entre-autre un article très intéressant sur les alicaments.

Porté par des marques emblématiques telles que Actimel, le marché des aliments, ces produits censés réduire le risque d’apparition de certaines maladies, est en pleine expansion avec une croissance de 20% par an. En ce qui concerne Danone, en 2000 la part des alicaments dans la vente des produits laitiers frais était de 9% (0.45 milliard d’euros). 9 années plus tard, cette part se retrouve à 46%, soit 3.9 milliards d’euros!

Les marques misent de plus en plus sur les allégations santé au point que "près d'un produit alimentaire sur quatre lancés actuellement en France met en avant un argument lié à la santé" (les probiotiques par exemple). Cela permet de vendre un alicament entre 50 à 100% plus cher que son équivalent « classique ».

D’ici l’année prochaine, les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer aux USA pourront retrouvé dans les pharmacies un produit fabriqué par Danone sous la marque Nutricia (fabricant de spécialités alimentaire à destination des hôpitaux). Souvenaid sera censé améliorer les facultés cognitives de ces patients.

Dans l’article de Management, on apprend aussi que certaines marques ont lié des partenariats avec des assureurs pour donner plus de crédit aux alicaments. Ainsi, la Maaf accordait en 2006 une remise sur la complémentaire santé des assurés qui consommaient des produits de la gamme Fruit d’Or Pro-Activ (Unilever). De même, les AGF se proposaient de rembourser en partie le Danacol (Danone).

Aux niveaux des nouveautés, on découvre que Elvir (Caprice des Dieux, Elle & Vire…) devrait lancer un yaourt pour lutter contre l’ostéoporose (enrichi en vitamine D, calcium et antioxydants) à la manière de Densia (Danone). Le développement se fait en partenariat avec le laboratoire de Nutrition Humaine de l’INRA de Clermont-Ferrand. Enfin, Coca-Cola et Shiseido préparent au Japon une boisson fonctionnelle avec des vertus supposées bénéfiques pour notre peau.

Pub

Recherche

Revue de Presse

  • No bookmarks avaliable.

Blogoliste

Commentaires récents

Catégories

Étiquettes

Articles récents



En passant