Test : du thon en boite à la noix de coco

Le thon en boîte doit être un de ces produits alimentaires que l’on peut trouver partout où l’on va. Ici en Corée du Sud, le thon en boite « classique » partage le linéaire avec des déclinaisons locales. Il y a par exemple la recette au gochujang (고추장) qui est une sorte de pâte de piment ou bien alors celle à la noix de coco.

C’est cette référence, fabriquée par Dong Won, qui a attiré mon attention dans les linéaires.

thonnoixdecoco1

Avant même d’ouvrir la boîte de conserve, on peut aisément deviner que ce produit se mange sur le pouce. En effet, le thon est servi sous forme de bouchées cubiques et un pique de dégustation est présent sous l’opercule. Le nom commercial de ce produit est Delcube Tuna (델큐브참치).

thonnoixdecoco2

En ouvrant la conserve, j’ai été choqué par l’aspect du thon. Ils ne nous ont pas menti : ce thon est effectivement cubique. L’alignement quasiment parfait des morceaux met presque mal à l’aise. La couleur du produit est également perturbante puisqu’elle se rapproche d’un marron virant vers le gris. Ce qui est certain c’est que ce produit à subit de nombreuses transformations industrielles et Dong Won ne cherche pas à le cacher.

Les cubes sont très fermes et ne se désagrègent pas lorsque l’on enfonce le pique à l’intérieur. En achetant se produit, je pensais que la noix de coco était uniquement présente sous forme d’arôme ou alors que le thon baignait dans de l’eau de coco. J’avais tout faux. Il y a en effet des morceaux de coco dans les cubes et on les remarque par leur couleur blanche qui contraste avec le marron/gris.

thonnoixdecoco3

Heureusement en bouche se produit rattrape les nombreuses fausses notes du début. Le goût est bien celui d’un thon en boite classique avec l’avantage d’être moins salé que les autres références. La noix de coco ne se fait ressentir que très subtilement et vient même compléter le goût du thon en l’adoucissant. Très étonnant ! Je n’ai par contre pas été très fan de la texture « mixée/compactée » de ces cubes.

Même si au final ce thon à la noix de coco se mange facilement, il ne fera pas partie de mes prochains achats. A essayer au moins une fois.

Test : Nutella Bready, les sticks gourmands !

Théo est un fidèle lecteur de MiamZ qui a voulu contribuer à cette quête des découvertes des nouveautés et innovations du paysage alimentaire en testant le fameux et attendu Nutella Bready.

—-

Depuis le début de l’année 2013, des pages de réclamation pour le « Nutella Bready » sont apparues dans pas mal de mes journaux habituels, ce qui avait attiré mon attention. Mais malheureusement je ne parvenais absolument pas à en trouver dans les supermarchés du coin.

nutellabready1

Puis, hier, par hasard, il se trouve qu’en faisant mes courses, ils étaient en tête de gondole avec une présentation très tape-à-l’oeil, puisqu’un présentoir leur était spécialement dédié. J’ai donc sauté le pas sans hésiter.

nutellabready5

Ces biscuits sont des petits « pains » ( j’appellerais plutôt ça « gaufrettes » ) fourré(e)s au Nutella, particulièrement croustillants, et avec de petites graines de céréales à l’intérieur. Ils sont vendus par paquets de 8, chacun étant présenté dans un emballage individuel. Ferrero souhaite apparemment inviter les enfants et ados à adopter une nouvelle habitude pour le petit-déjeuner ou le goûter, et nous invite à tremper les petits pains dans du lait ( ce qui n’est évidemment pas sans rappeler le mode de consommation des Oréo de Kraft Foods ).

nutellabready4

nutellabready2

J’ai donc pris un verre de lait et me suis aventuré dans cette expérience inédite ! Les gaufrettes sont effectivement assez croustillantes et on sent bien le fourrage au Nutella, quant aux « billes de céréales », je n’ai pas réussi à distinguer leur goût, ni leur texture, mais elles renforcent le côté gourmand du produit. Le goût du lait se marie assez bien avec celui de la pâte à tartiner. Pas de mauvaise surprise, donc, c’est vraiment un produit qu’on mange avec plaisir – Nutella oblige ? – et contrairement à ce que j’imaginais, le goût est assez différent de celui des Kinder bueno, mais aussi meilleur que celui des Nutella&Go, dont le goût des gressins me déplaît.

nutellabready3

Le rapport quantité/prix est par contre assez décevant, je n’ai plus le prix exact en tête, mais, croyez-moi, ils se mangent très vite !

A réserver donc aux personnes flemmardes qui ne souhaitent pas à avoir à se faire des tartines le matin, ou tout simplement aux curieux.

Test : Volvic Jus par Danone Eaux

Deux des marques phares du portefeuille de Danone Eaux se sont renouvelées cette année. En effet, nous avons d’un côté Badoit avec sa gamme d’eaux aromatisées « imaginée par Thierry Marx » qui a revisité les saveurs passion et framboise. Peu convaincu et séduit par ces deux références, je n’ai pas retenté d’en boire passer la soirée de dégustation.

Badoitthierrymarx

De l’autre côté, Volvic réinvente à son tour sa gamme d’eaux aromatisées, ou plutôt devrais-je dire de jus dilués, avec Volvic Jus. A la différence des eaux dans lesquelles on a rajouté des arômes, Volvic Jus est un mélange d’eau (~83%), de sucre (~6%), d’arômes naturels et de jus de fruits à base de concentrés (~10%). Composée des références Fruits Rouges, Fruits Exotiques, Fraise, Agrumes et Pomme, j’ai pu goûter aux deux dernières pour me faire un avis.

volvicjusgamme

Passé mon scepticisme de boire une nième eau aromatisée, j’ai été vraiment séduit par la réussite des mélanges. En effet, on retrouve bien distinctement la saveur des fruits qui nous ferait presque oublier qu’il s’agit de jus concentrés dilués. Les odeurs sont aussi très fidèles aux versions « 100% pur jus » puisqu’on retrouve bien le mélange d’amertume et d’acidité typique du pamplemousse et la douceur de la pomme. Au sujet de la référence Agrumes, je me demande pourquoi elle n’a pas été appelée Pamplemousse puisqu’uniquement du concentré de pamplemousse et des arômes naturels de ce fruit sont présents.

volvicjus1

Même si ce produit est réussi, je ne serai pas un consommateur de Volvic Jus. Cette boisson fait partie de la catégorie des produits qui ne font pour moi pas sens d’acheter au supermarché. En effet, au lieu de dépenser autour de 1.80€ pour une bouteille d’1.5L contenant 15cl de jus concentré dilué dans de l’eau, je préfère faire le mélange chez moi avec du « 100% pur jus ». Si l’objectif et de me désaltérer au bord de la piscine, alors un citron pressé fera amplement l’affaire.

volvicjus2

N’hésitez pas à faire un tour sur le billet de Marketing PGC pour avoir un aperçu de l’évolution des eaux aromatisées.

Test : le spicy burger par Charal

Charal renouvelle sa gamme de burger en série limitée avec cette nouvelle recette spicy. Après sa première tentative ratée avec la recette italienne et une belle amélioration en bouche avec son burger montagnard, voyons voir ce que nous réserve la référence spicy.

charalspicy1

Ce burger est composé d’un steak haché, d’un pain ciabatta saupoudré de pakrika, d’une sauce pimentée, de fromage fondu et de quelques lamelles de poivrons rouge et jaune. Comme d’habitude, on le réchauffe pendant 75 secondes au micro-ondes sans le sortir de sa grillbox.

charalspicy2

charalspicy3

A l’ouverture de la boîte, on remarque que le pain a une belle couleur orangée et a gardé un aspect plus que correct… du moins au-dessus. En effet, la moitié inférieure du bun est complètement détrempée à cause de la sauce, du fromage et du jus du steak qui se sont échappés durant la cuisson. Je vous conseille d’attendre quelques minutes histoire que le tout se solidifie à nouveau avant de le prendre en main.

charalspicy4

En bouche, le pain reste bien ferme, la viande juteuse et une bonne saveur de poivron s’en dégage. La sauce se révèle être un peu collante, peut-être pour éviter qu’elle ne se fasse complètement la malle lors du réchauffage comme c’était le cas pour le burger italien ? Le résultat est plutôt plaisant et de qualité pour un burger micro-ondable. Par contre, je ne pense pas que le nom « spicy » soit approprié. En effet, la sauce a un goût prononcé de poivron, mais pas cette sensation piquante du piment. D’ailleurs, c’est dommage qu’il ne soit uniquement présent sous forme d’arôme… Charal aurait aussi peut-être du remplacer les lamelles de poivrons par des morceaux de jalapeño pour plus coller avec le nom de la recette.

Comptez autour de 3.95€ pour un burger de 220g.

Test : Hello my name is par Lindt

C’est autour du mois de novembre 2012 que Lindt a présenté en Allemagne sa marque décalée de chocolat appellée « Hello my name is ». Pour l’instant en vente dans les marchés germanophones que sont l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche, j’ai pu me procurer quelques-unes de ces créations pour me faire un avis.

hellomynameisLindt1

Ce qui marque tout de suite c’est le look complètement insolite dans le monde des tablettes de chocolat avec ces couleurs bien marquées et la typographie qui rappelle l’écriture humaine. En plus de ce petit côté haut de gamme qui se dégage généralement des produits Lindt, cette gamme à un air malicieux. En effet, avec son nom « Hello my name is » suivi du nom de la référence, c’est comme si la tablette se présentait à vous. Elle semble même ravie de faire votre connaissance grâce à la mention et au jeu de mots « nice to sweet you ».

hellomynameisLindt2

Je dois dire que le positionnement est des plus réussit et très bien pensé. L’objectif de donner un côté décalé a « Hello my name is » se retrouve même dans le choix de la boîte qui s’ouvre comme un écrin pour nous dévoiler toute la gamme qui va des tablettes, aux sticks en passant par les boîtes d’assortiments.

Passé l’aspect visuel voyons donc ce que les 4 références donnent en bouche :

  • Caramel/brownie : la couche de caramel liquide apporte de l’onctuosité sans pour autant avoir un goût particulièrement marqué. La saveur « brownie » n’a pas réussi à interpeller mes papilles.
  • Nougat crunch : le crunch est bien présent, mais le nougat se fait discret. Le goût se rapproche très fortement d’un chocolat praliné. Le meilleur selon moi.
  • Cookies & cream : bien crémeux et croustillant grâce aux morceaux de biscuit. Par contre, le goût n’est pas tellement fidèle à celui du cookie. Dommage.
  • Strawberry cheesecake : l’arôme de fraise utilisé nous fait ressentir bien trop intensément qu’il s’agit d’un arôme de synthèse et le fourrage blanc apporte une sensation d’aciditié. URK !

hellomynameisLindt3

Pour moi, ces recettes décalés ne fonctionnent pas pour les tablettes de chocolat alors qu’elles sont top pour les crèmes glacées. Peut-être que c’est l’enrobage de chocolat (normal pour une tablette de chocolat) qui masque les saveurs ?

lindtsummerflirt

On notera aussi que Lindt a développé une gamme « Summer Flirt » et dont les références sentent le soleil : fruits rouges, ananas/coco, fraise et citron vert.

Pub

Recherche

Revue de Presse

  • No bookmarks avaliable.

Blogoliste

Commentaires récents

Catégories

Étiquettes

Articles récents



En passant