Test : Ice Cone, un snack à manger congelé

Ice Cone (아이스 콘 – aiseu kon) est sont biscuits apéritifs que j’ai trouvé voilà quelques mois dans le supermarché près de là où j’habite à Séoul. La raison pour laquelle je ne le mange qu’aujourd’hui est que je l’avais oublié dans mon congélateur. Oui, vous avez bien lu, j’ai stocké le paquet dans mon congélateur au lieu de l’habituel placard. Bien qu’il soit possible de le conserver dans un milieu ambiant, il est indiqué qu’il faut la manger congelé.

icecone1

Comme son nom l’indique, Ice Cone est un snack inspiré des glaces d’où la nécessité de le manger congeler. Le produit en lui-même n’a pas la forme d’une glace. Son apparence est proche de celle d’un Cheetos ou alors d’un Curly quoiqu’un peu plus épaisse. Ice Cone est un snack à base de maïs (les ingrédients indiquent que 50% des quantités utilisées viennent de France) sur lequel on a pulvérisé une sorte de glaçage. La base croustillante étant sèche, le passage au congélateur n’a pas de réel effet sur elle. C’est donc le glaçage sucré qui profite du passage au congélateur (20 minutes minimum sont conseillées).

icecone2

On se retrouve donc avec un glaçage… glacé qui a goût plutôt intéressant à mi-chemin entre la vanille est la banane. C’est la première fois que je rencontre cette saveur. Moi qui d’habitude n’aime pas le goût artificiel de la banane, celui-ci ne m’a pas gêné. Peut-être était-il adouci par la vanille ou alors c’est simplement le goût que les coréens aiment lorsqu’il s’agit de banane artificielle ? Le reste à le goût agréable et classique d’un apéritif à base de farine de maïs.

Ce snack est particulièrement intéressant et inédit pour moi, car en plus de jouer sur les saveurs et la forme, une dimension additionnelle est ajoutée à la texture grâce au passage au congélateur : un coeur croustillant et sec recouverte d’une surface sucrée et glacée. A voir si en France nous aurons le droit à ce genre d’innovation !

Test : les gaufrettes Oreo

Ça faisait une éternité que je n’avais pas écrit d’articles sur MiamZ. (Bouh pas bien !!) D’ailleurs, beaucoup d’entre vous se sont demandé si j’avais laissé tomber MiamZ et était passé à autre chose. Ces derniers mois il est vrai que je n’ai pas fait l’effort de prendre le temps pour publier en ligne mes découvertes culinaires pour en consacrer plus à l’apprentissage du coréen. Je travaille en effet maintenant à Séoul et j’ai consacré mes soirées libres à apprendre cette langue (qui est vraiment complexe).

Bref, assez parlé de moi, passons maintenant au produit que j’ai trouvé dans les rayons de E-Mart (l’équivalent d’un Auchan).

gaufretteoreo1

Cela fait longtemps que Oreo ne se limite plus uniquement être décliné en de nouvelles saveurs dans sa version « classique, le disque, puisque la licence se trouve maintenant sous forme de glace ou bien de gâteau à préparer soi-même pour n’en citer que deux. Et bien a Séoul, on peut se procurer des gaufrettes Oreo !

La licence de l’entreprise américaine Nabisco a été donnée au groupe Dongsuh pour le marché coréen. Chaque paquet contient 5 gaufrettes d’environ 10 cm de long et emballée individuellement.

  • 오레오 : Oreo
  • 웨하스 스틱 : Wafer stick – gaufrette (en forme de) stick
  • 초코: choco

gaufretteoreo2

L’odeur distincte et propre au Oreo se distingue directement dès l’ouverture du sachet. Heureusement, ces gaufrettes ne sont pas aussi sucrée que la version originale. Peut-être est-ce une particularité pour le marché coréen, puisque ce sont des personnes qui en règle générale mangent peu voire pas du tout sucré. Je devrais gouter à l’Oreo « original » que l’on trouve ici pour comparer.

gaufretteoreo3

En terme de texture, cela reste ni plus ni moins qu’une gaufrette avec son croustillement et sa sensation de légèreté. Tout comme pour l’odeur, le goût est également très similaire au Oreo « original ». Un bon point une nouvelle fois. Par contre, ce biscuit se distingue par sa couleur qui n’est pas noire, mais plutôt marron.

Au final, cette déclinaison du Oreo « original » est plutôt séduisante et a l’avantage d’être moins sucrée.

Test : Jagabee, les frites japonaises

La marque japonaise Calbee propose un snack salé à base de pomme de terre appelé Jagabee. Cette marque se différencie de la concurrence avec, entre autre, une boîte au format carré qui est étrangement plutôt rare dans le milieu du snacking de pomme de terre où les sachets sont prédominants.

A l’intérieur de la boîte on retrouve cinq sachets (oh tiens les voilà de nouveau) de… 18g chacun ! Autant vous dire qu’une petite portion ne fera que vous ouvrir l’appétit et vous serez vite tenté d’engloutir les quatre autres restant.

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en ouvrant la boîte c’est pourquoi j’ai été surpris de me retrouver face à de vraies frites. La seule différence notable nous vient de la texture qui est craquante comme les chips. Je ne sais pas vraiment comment on obtient une telle texture, car les frites ramollissent après un certain temps. Peut-être qu’ils les font frire deux fois ?

Pour ceux qui connaissent le goût de Fritelle, vous ne serez pas dépaysés avec Jagabee puisqu’il est identique. Il est assez particulier à décrire. Pour faire simple, c’est une saveur de pomme de terre frite, légèrement salé avec en plus un petit quelque-chose qui change tout. C’est donc délicieux, addictif. On en redemande ! Dommage que nos doigts soient tout graisseux à la fin.

Pub

Recherche

Revue de Presse

  • No bookmarks avaliable.

Blogoliste

Commentaires récents

Catégories

Étiquettes

Articles récents



En passant