Le marché des produits sucrants dans tout ses états !

Bien que simple et limité en apparence, le marché des produits sucrants (sucres et édulcorants naturels ou de synthèses) est beaucoup plus vaste, complexe et intéressant qu’on le croit. L’année dernière, la stévia  a énormément fait parler d’elle, portée par la force de frappe de deux géants du secteur : Cargill (Pure Via) et Whole Earth Sweetener (Truvia). Pour faire simple, la stévia fait partie de la famille des édulcorants naturels, puisque c’est de cette plante que sont extraites les deux substances sucrantes que sont la stévioside et la rébaudioside A. Je vous invite à découvrir un article plus complet sur la stévia pour en savoir beaucoup plus sur ce produit (historique, effets, produits…).

Les sensations en bouche d’un petit morceau de Pure Via sont vraiment étonnantes. On retrouve effectivement le côté sucré, mais qui est accompagné d’une impression de fraîcheur et de légère acidité. Le goût de réglisse typique de la stévia est quasiment imperceptible. Les ingrédients composants Pure Via sont de la rébaudioside A, de l’érytehritol (apporte le côté rafraîchissant), des arômes naturels et de la cellulose.

Si comme les deux marques citées précédemment proposent des produits sucrants uniquement à base de stévia, d’autres comme Téréos (Beghin Say) ont sorti des sucres « allégés ». En effet, avec sa gamme Ligne composées d’un mélange de sucre et de stévia, Téréos offre des morceaux 50% plus petits qu’un morceau classique pour le même pouvoir sucrant.

Surfant sur la tendance du naturel, des marques comme Vivis (groupe Distriborg) mettent en avant la source plus que le nom de l’édulcorant. Ainsi, le sucre de bouleau n’est autre que le xylitol qui est un édulcorant naturel extrait de l’écorce de bouleau. On notera qu’il fait partie de la même famille que l’érytehritol et on le retrouve dans beaucoup de chewing-gum « sans sucres » qui donnent l’haleine fraîche.

Enfin, il est a parier que dans quelques années le Luo Han Guo va beaucoup faire parler de lui. Originaire de deux comtés du Sud de la Chine (Yongfu et Lingui), ce fruit a un pouvoir sucrant 300 fois supérieur par rapport à celui du sucre alors que celui de la stévia n’est « que » de 200. L’autre avantage de cet édulcorant naturel est qu’il n’a pas d’arrière-goût, gros problème de la stévia. Signifiant « fruit de la longévité », le Luo Han Guo est utilisé depuis des siècles pour traiter la fièvre , ce fruit aide aussi à soigner le rhume et la pneumonie, et aurait donc des propriétés comparables à celles de l'homéopathie. Sa faculté sucrante provient du mogroside 5, substance qui aurait des propriétés antioxydantes prévenant les cancers. Il est intéressant de noter que beaucoup de personnes vivants à proximité des cultures vivent plus de 100 ans. Le lien n’a pas été prouvé, mais beaucoup d’études sont en cours pour tenter d’en savoir plus sur ce fruit si prometteur.

Des industriels comme Sunrider n’ont pas attendu les preuves formelles pour lancer des « potions anti-âges » telles que Vita Fruit. En mélangeant une cuillère à soupe dans 240 ml d’eau, on obtiendrait les effets décris sur ce site. Les ingrédients composants Vita Fruit sont : miel, argousier faux-nerprun, luo han guo, essence de citron, melon d’hiver, dattes, zeste d’orange, bigarade.

Des nouvelles de Danone : Fantasia, Taillefine Stevia et Densia

L’actualité de Danone a été très intéressante et importante cet été. Dans cet article, je vous propose de passer en revue 3 thèmes : le yaourt fantaisie avec Fantasia, un Taillefine à la Stevia « sans colorant, sans conservateur, sans aspartame » et l’abandon de Densia.

  • Fantasia, une touche de fantaisie pour les jeunes adultes

Disponible depuis peu dans les linéaires, Fantasia est la nouvelle marque lancée par le groupe Danone. Ce dessert est présenté dans un pot bi-compartimenté avec d’un côté la « spécialité laitière onctueuse » et de l’autre les 6 différents accompagnements : choco, crispy choco, billes choco, saveurs cerise, myrtille et fraise. On nous annonce un « dessert très personnalisé qui se mélange selon les goûts et fantaisies de chacun ». Mouai… Fantasia est vendu par pack de trois / accompagnement unique. Tout de suite, la personnalisation est limitée.

Déjà disponible en Pologne et en Allemagne, Fantasia est vendu 1,29€ le pack de trois pots (122g/pot pour les fruits et 105g/pot pour les chocolats). Si vous lisez MiamZ régulièrement, Siobhan a déjà déniché Fantasia dans sa liste de nouveautés et innovations alimentaires #3

  • Taillefine Stevia, sans aspartame mais avec du sucre

Surfant sur la vague stevia, Danone décline son yaourt Taillefine dans une recette à base de ce nouvel édulcorant. Pour ceux qui ne sont pas encore familiers avec cet édulcorant naturel, je vous invite à lire cet article de présentation sur la stevia. Arborant fièrement les mentions
« sans colorant, sans conservateur, sans aspartame », on remarque aussi qu’il n’y a pas écrit
« sans sucre ». Pourquoi ? Et bien pour compenser le petit goût de réglisse de la stevia, ce nouveau Taillefine contient 2,5% de sucre de canne.

Certains se demandent donc tout naturellement : à quoi cela sert-il de créer un yaourt Taillefine à la stevia si on y met quand même du sucre ?

Disponible dans les versions mangue, citron, cerise et fraise pour un prix de 1,49€ le pack de 4 pots (4x125g).

  • Densia, l’abandon du Danonino pour femmes ménopausées

C’était en décembre dernier que je vous avais présenté Densia alors en test à Brive-la-Gaillarde (Corrèze). Pour rappel, il s’agit d’un yaourt ciblant les femmes de plus de 50 ans qui sont sujettes à l’ostéoporose suite à la ménopause. Cet alicament riche en calcium et vitamine D (pour fixer le calcium sur les os) promettait de réduire ce risque. Au final, Densia était quasiment identique à Danonino puisque ce dernier, à destination des enfants, est aussi riche en calcium et vitamine D pour les aider à grandir. Ainsi, seul le positionnement les différenciait vraiment.

Bref, tout ça pour dire qu’à l’issu de la période de test, Danone a annoncé ne pas vouloir commercialiser Densia en France. Selon un porte-parole de la marque, la raison de cet abandon serait que « les Français, grands consommateurs de produits laitiers frais, ne ressentent pas le besoin de consommer plus de calcium ». Densia va donc rejoindre Essensis (ce yaourt censé donner une belle peau) dans la catégorie des alicaments-soit-disant-miracles-qui-coûtent-chers-et-qui-ne-servent-à-rien-si-on-mange-équilibré.

La Stévia, le sucre du futur!

L’article ci-dessous a été écrit par mes soins il y a plus d’un mois à destination du journal de mon école. Comme je me suis dit que ça pouvais vous intéresser, le voilà qui se retrouve sur MiamZ!

———–

Saccharose, glucose, fructose, aspartame, saccharine ou bien encore sucralose. Tous ces produits remplissent le même objectif, celui sucrer notre alimentation. Et bien dorénavant, la famille des produits sucrants accueille une nouvelle venue : la Stévia !

Originaire du Paraguay, la Stevia Rebaudiana Bertoni, que l’on appelle plus communément Stévia, a été agréée par L’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments) le 6 septembre 2009 en tant qu’additif alimentaire. Bien qu’elle fasse parler d’elle aujourd’hui, cette plante, à partir de laquelle on extrait des feuilles la substance sucrante, n’est pourtant pas nouvelle. En effet, on estime qu’elle est utilisée depuis plus de 2000 ans au Paraguay, mais sa première apparition dans les livres remonte à 1905 grâce au Dr Moisés Santiago Bertoni (1857-1929).

A ce jour, la Stévia est cultivée dans plus de 50 pays dont la Russie, le Brésil, Israël ou bien encore les Etats-Unis. Plusieurs raisons sont à l’origine de ce succès récent. Tout d’abord, son pouvoir sucrant est très supérieur, à dose égale, à celui du sucre classique (saccharose). Ensuite, cette substance contient zéro calorie et a des effets bénéfiques sur le traitement de l’obésité et de l’hypertension. Enfin, c’est un produit 100% naturel. Il va sans dire qu’avec tous ces éléments, la Stévia a un CV parfait pour être le nouvel édulcorant 100% naturel que l’on retrouvera dans de nombreux produits « sans sucre » ou « light ».

La Stévia est vendue, entre autre, sous les marques Truvia (Cargill) et PureVia (Whole Earth Sweetener) depuis 2008 aux Etats-Unis. Ces édulcorants de table représentent respectivement 6% et 10% de parts de marché pour un montant total de 53.7 millions d’euros fin juin 2009. Elle représente déjà 40% du marché des produits de substitutions du sucre au Japon, pays dans lequel on la trouve dans les linéaires depuis 40 ans. Fort de son succès, cet édulcorant est désormais de plus en plus intégré aux recettes de produits alimentaires.

Au Etats-Unis, Coca-Cola et Pepsi ont ouvert la bataille des produits à base de Stévia en 2008. Alors que l’un a développé le Sprite Green et la Vitamin Water 10, l’autre a lancé le SoBe Lifewater. La France n’est pas en reste puisque depuis janvier 2010, Fanta (The Coca-Cola Company) a présenté une nouvelle recette de Fanta Still à base d’extrait de Stévia. De même, le chocolat noir de la marque Villars en contient depuis 2009. Plus de 100 produits seraient à l’étude.

Ainsi, la Stévia semble avoir le même succès que l’aspartame à ses débuts, avant que cet édulcorant soit suspecté d’avoir des effets cancérigènes. Il est surement utile de noter que la Stévia, avant d’être autorisée à la vente, a longtemps été interdite dans de nombreux pays comme les Etats-Unis ou la France. En effet, certaines études ont montré qu’elle peut amener des cancers de la vessie et des troubles de la fertilité…

La place du sucre dans la liste des ingrédients

Tantôt adulé par certains puisqu’il apporte une sensation de plaisir et de l’énergie à court terme, tantôt décrié par d’autre pour ses méfaits sur la santé comme le diabète, le sucre a une place importante dans notre alimentation.

Dans le langage courant, le mot « sucre » fait référence au sucre de table (vous savez, celui qui est blanc) aussi appelé saccharose. On le produit notamment à partir de la betterave sucrière ou bien encore de la canne à sucre. Bien qu’on puisse acheter du sucre de canne marron (aussi appelé sucre roux), cela reste quand même du saccharose. Il n’a simplement pas été raffiné.

Mais il existe aussi des alternatives au saccharose, qu’elles soient naturelles (glucose, fructose…) ou artificielles (aspartame, sucralose…). Ces dernières sont regroupées sous le terme « édulcorant » puisque ce sont des produits de substitution ayant un goût sucré. Plus récemment, on a vu la mise sur le marché d’un édulcorant naturel appelé Stévia. Je ne développe pas ce point puisque qu’un article sera entièrement consacré à la Stévia. Stay tuned!

Mais pourquoi est-ce que je fais mon « Fred et Jamy » sur le sucre?

Je disais plus haut que le sucre était très présent dans notre alimentation. Certaines fois, il est même tellement présent qu’on le retrouve à la première place dans la liste des ingrédients. Ce qu’il faut savoir, c’est que les ingrédients doivent (c’est dans la loi) être classés par ordre décroissant d’importance. Ainsi, si vous voyez marqué « sucre » en premier dans la liste des ingrédients, c’est qu’en termes de poids il est devant tous les autres.

Et bien cet aspect peut ne pas plaire à certaines marques. En effet, ça n’est pas vraiment un avantage si un produit contient majoritairement du sucre. C’est encore plus embêtant si c’est un produit pour les enfants…

Comme je vous l’ai expliqué, il existe différent type de sucre. La combine est donc de ne pas utiliser le même sucre pour une recette, mais d’en mélanger plusieurs (sucre, sirop de glucose, fructose…). Ainsi, même si la quantité finale de sucre est la même, sur la liste des ingrédients le mot « sucre » n’apparaitra pas en premier. En effet, leur poids individuel sera, par exemple, inférieur à celui de la farine.

Et puisque ça m’amuse, je suis allé farfouiller sur le site Auchan Direct pour trouver un petit exemple assez parlant.

On retrouve alors notre sucre ainsi que du sirop de glucose et du fructose. De même, pourquoi ajouter du lait concentré sucré, alors qu’on rajoute aussi du lait écrémé tout court…

Bref, lorsque vous faites les courses, je vous invite vivement à mettre votre nez dans la liste des ingrédients. Ça prend certes un peu plus de temps, mais ça permet de manger un peu plus sainement.

Source d’inspiration