La farine Gruau d’Or sera disponible dans toute la France

La marque Gruau d’Or vous connaissez ? Moi pas du tout jusqu’à aujourd’hui !

Propriétaire de l’entreprise familiale Grands Moulins de Strasbourg, Gruau d’Or est une marque de farine créé il y a plus de 50 ans à destination des professionnels et des pâtissiers du dimanche (en gros vous et moi). Bien que je ne l’aie encore jamais croisé au cours de mes nombreuses visites de supermarchés, celle-ci serait leader en Alsace-Lorraine ainsi que la « farine régionale la plus vendue dans l’Est de la France » selon le site du groupe.

On apprend aujourd’hui que Gruau d’Or a pour ambition de se développer à l’échelle nationale pour venir titiller la seule marque nationale qu’est Francine. Pour ce faire, rien a été laissé au hasard, tant sur la gamme que le plan média.

En plus de trois farines « classiques » que sont La Véritable, La Fluide et L’Authentique Bio, la marque a aussi dans ses cartons toute une sélection de préparations pour pains et « spécialités ». Vous pourrez ainsi réaliser des pains à la française, aux céréales et de campagne. En ce qui concerne les « spécialités », Gruau d’Or a mis au point des mélanges tout fait pour les crêpes, les cakes, la pâte à pizza et le fameux kougelhopf !

Au niveau du plan média, en plus des spots TV, bannières internet et campagne d’affichage, Gruau d’Or a signé un partenariat avec la gagnante de Masterchef 2011, Élisabeth Biscarrat !

En faisant un tour sur le site internet du groupe Grands Moulins de Strasbourg, j’ai été surpris de découvrir des visuels des packagings de la marque concurrente Francine ! Pourquoi ? J’en ai strictement aucune idée. Quoi qu’il en soit, je ne pense pas que cela ait un lien avec cette affaire d’entente sur les prix des meuniers que le Figaro avait révélé en mars 2011. Hasard du calendrier, le déploiement national de Gruau d’Or est prévu pour mars 2012 !

Test : le crumble « Les Inratables » par Francine

Cela va bientôt faire deux mois que Francine a présenté sa nouvelle gamme de préparations à desserts appelées « Les Inratables ». J’étais alors en Corée lors du lancement donc il m’était impossible de les tester. Voilà qui est maintenant fait avec cette dégustation d’un crumble pomme/fruits rouges.

Avant d’aller plus loin, attardons-nous un peu sur la gamme « Les Inratables ». Celle-ci est composée de sept différentes recettes – toutes des classiques – de la pâte à crêpes sans temps de repos à la pâte à choux en passant par la pâte à pancakes. Même si les recettes sont à l’origine pas difficile à réaliser, il arrive que certaines fois on soit dans le rush ou alors qu’on n’ait pas un des ingrédients sous la main comme de la levure boulangère par exemple. L’idée de la gamme « Les Inratables » est donc de simplifier au maximum la préparation, car il suffit d’y rajouter de l’eau, du lait ou des oeufs.

J’ai décidé de tester la recette du crumble. Pour surfer sur la tendance du do it yourself, Francine n’a pas oublié de mentionner que c’est bien « mon crumble à la cassonade » que je m’apprête à préparer et non pas un « crumble à la cassonade » tout court… même si je n’ai ajouté que de l’eau.

Dans le paquet on retrouve un sachet de 300g contenant de la farine de blé, de la cassonade (32%), de la graisse végétale en poudre (stabilisant: E451), du lactosérum et des arômes. A cela on ajoutera deux cuillères à soupe d’eau (c’est tout !) et 750g de fruits pour un crumble de huit parts.

La préparation est enfantine ! Vraiment. On épluche et découpe les fruits que l’on souhaite. J’ai choisi de faire un combo pomme et fruits rouges (congelés). Pour la pâte, il suffit d’y incorporer deux cuillères à soupe d’eau et de mélanger avec une fourchette. On enfourne le tout pendant 1/2 heure à 180 °C et c’est prêt !

Bon, j’ai un peu foirée les fruits puisqu’il aurait fallu que je fasse cuire les pommes un poil avant et peut-être faire décongeler les fruits rouges. Cela aurai certainement évité que les quartiers soient un peu durs et que les fruits rouges rendent de l’eau. Par contre, la pâte… Un délice ! L’odeur de cassonade embaumait déjà  l’espace de travail avant que la pâte soit cuite. Imaginez un peu ce que ça a donné lorsque j’ai sorti le moule du four… La pâte était parfaite : craquante sur le dessus et un peu collante entre les fruits. Juste génial !

Pour un prix d’environ 2.50€, je pense que c’est le genre de produit que l’on se doit d’avoir dans un coin de sa cuisine au cas où on doit préparer vite fait bien fait un dessert.

Test : Royal Oreo cake

C’est sous la marque Royal que le géant américain Kraft Foods commercialise le Oreo Cake, une préparation culinaire en poudre pour réaliser un gâteau Oreo. Ce produit est fabriqué en Espagne, mais je l’ai acheté à Berlin pour un peu moins de 4€.

Le paquet contient un moule ainsi que trois sachets auxquels il faut ajouter 25g de beurre et 250ml de lait. La réalisation du gâteau Oreo ne prendra pas plus de 15 minutes et est enfantine !

L’étape n°1 consiste à confectionner la base où il suffit de mélanger le contenu du sachet correspondant avec les 25g de beurre fondu. On tasse bien et on met le tout au frigo pour que la base se solidifie.

Pour l’étape n°2, on bat le mélange pour la « crème » au 250 ml de lait pendant 2 ou 3 minutes pour obtenir une sorte de crème chantilly. Ensuite, on la dispose dans le moule.

Le montage final arrive à l’étape n°3 où il suffit de répartir une poudre chocolatée qui est identique à celle pour la base. Et voilà ! On place notre gâteau au réfrigérateur pendant une petite heure histoire que ça soit bien ferme.

Alors que le résultat final de mon Fraisier Alsa selon une recette Lenôtre était plus que déplorable, je dois dire que mon gâteau Oreo ressemble plutôt fidèlement au visuel du packaging.

A l’odeur et au goût, j’ai été agréablement surpris de retrouver fidèlement la saveur du Oreo original. C’est juste top ! De plus, la base est toute aussi craquante que le biscuit original. Malheureusement, la « crème » est bien trop gélatineuse et la couche centrale tout simplement trop épaisse. On est à mi-chemin entre une panna cotta et une guimauve. C’est assez étrange je dois dire. Pour finir, j’ai trouvé dommage que la dernière couche ne soit pas craquante. Cela aurait eu le mérite de se rapprocher plus fidèlement du biscuit Oréo.

Certaines boutiques en ligne mettent  la vente cette préparation Oreo Cake pour environ 6£ (autour des 7€), ce qui est à mon avis bien trop cher pour ce que c’est.