McDonald’s lance la P’tite Orange

C’est à partir du 9 janvier 2013 que McDonald’s et son fournisseur de fruits et légumes Crudi vont introduire en France la P’tite Orange qui remplacera jusqu’à fin avril l’ananas dans sa gamme de fruit frais. Intégrée dans l’offre Happy Meal ou vendue à l’unité autour de 1.50€, ce sachet de 75g sera composé de deux quartiers d’orange eux-même découpés en petits tronçons. L’idée est donc de faciliter la consommation en proposant un produit avec sa peau et prédécoupé.

ptiteorangemcdo
Cette collaboration autour de P’tite Orange entre McDonald’s et Crudi n’est pas nouvelle. En effet, ces deux partenaires ont auparavant développé des produits tels que le melon et l’ananas. Deux autres références que sont le P’tit Kiwi et la P’tite Pastèque ont aussi fait partie de l’offre à un moment avec la particularité d’être présentées sur des sticks. Ces dévelopements ont été réalisés avec des fourniseurs différents. Alors que le kiwi sur bâtonnet s’était écoulé à 1.9 millions d’unités et à 2.3 millions pour le melon, le « volume prévisionnel de P’tite Orange est de 3.5 millions de sachets sur quatre mois » selon Eloi de la Celle, ingénieur achat qualité chez McDonald’s. P’tit Kiwi P’tite Pastèque

fruitsfraismcdo

Bien que l’initiative soit totalement louable de la part de McDonald’s, je me demande pourquoi est ce qu’ils ont choisi l’orange. Faciliter la consommation de fruits dédié au snacking comme un melon, un kiwi ou bien encore un ananas a complètement du sens selon moi. Ces derniers sont effectivement difficilement consommables sur le pouce. Vous me direz qu’une orange entière ça fait peut-être beaucoup pour un enfant ce qui est vrai. Cela justifie donc la présence de deux quartiers par sachets. Du coup, pourquoi ne pas avoir choisi de la remplacer par une mandarine qui est pour le coup un produit super facile à consommer à l’état brut. Ainsi, il n’est donc plus nécessaire de transformer le produit ce qui diminue de fait la consommation d’énergie, de packaging… et aussi son prix de vente.

Test : le McBaguette par McDonald’s

Alors que McDonald’s USA va devoir gérer l’énorme polémique concernant ses 27 restaurants encore implantés dans des hôpitaux, McDonald’s France va de son côté devoir suivre de prêt le lancement et le succès ou non de son nouveau sandwich, le McBaguette.

Cela va faire plus d’un an et demi que les équipes de McDonald’s travaillent sur ce sandwich censé installer encore un peu plus la chaîne dans le paysage alimentaire français. Une première version a été lancée de manière confidentielle dans quelques restaurants en décembre dernier. Encore appelé French Baguette, les retours n’étaient pas très positifs comme le montre le test de Cristian de Fastandfood. Les critiques portaient sur le pain qui n’était pas croustillant comme une baguette classique et la sauce moutarde pas assez relevée. Ainsi, l’intensité de la sauce a été corrigée ainsi que le pain pour qu’il ait cet aspect croustillant sans oublier le nom qui passe de French Baguette à McBaguette. Je ne sais pas si la recette de la pâte a été revue, mais le process de préparation en cuisine oui. L’astuce est de griller au toaster la partie supérieure de la baguette.

Pour info, le pain baguette est fabriqué par Panavi (groupe belge Vandermoortele) dans son usine située à Chatellerault (86). Le pain arrive dans les McDonald’s congelé et la mise en place une fois le produit décongelé est facilitée puisqu’il est pré-tranché et déjà cuit. Il n’y a plus qu’à le réchauffer quelques secondes, d’y ajouter deux bandes de sauce moutarde, deux steaks hachés, deux tranches d’emmental et un peu de batavia.

Le McBaguette sera présenté dans un sachet en papier contrairement à la boîte classique pour coller un peu plus à l’image du sandwich baguette. La prise en main est plutôt aisée et la garniture ne fiche pas le camps notamment grâce aux deux tranches de fromage qui viennent coller un peu le tout et donner une consistance plus que du goût. C’est d’ailleurs ce qu’une personne de l’équipe McDonald’s présente lors de la dégustation nous avait affirmé. Au niveau de la sauce moutarde, il y avait deux écoles : ceux qui y sont sensibles et ceux qui pourraient avaler un pot entier sans sourciller. Je fais partie de la deuxième. Ainsi, je ne l’ai pas trouvé particulièrement relevée, mais elle se marie correctement avec l’ensemble.

La batavia est plus là pour faire jolie, mais les steaks sont très plaisants en bouche. Plutôt juteux et avec un petit goût sympa qui provient entre autre de l’ajout de poivre et d’herbes à la viande hachée. On termine avec le pain qui est vraiment de bonne qualité. Bien entendu on n’est pas au même niveau qu’une baguette fraîche tout droit sortie du four de votre boulanger favori, mais il était à mon sens meilleur que les pains précuits que l’on trouve dans le commerce. La croûte était bien croustillante et la mie moelleuse.

Au final, le McBaguette m’a plutôt satisfait et je n’hésiterai pas à en reprendre un à l’occasion. Il réussi honorablement  le pari de servir un pain baguette dans un fastfood, même si le goût n’a rien de transcendant.

Disponible dès le 18 avril 2012 pour une durée de 6 semaines au prix de 4.20€ en sandwich seul.

McDonald’s rend les enfants japonais dingues

Annonce : cherche enfants hyperactifs, tarés et ayant bu 3L de Red Bull voulant faire une publicité pour McDonald’s Japon.

Test : Shrimp Lemon, le McCrevette par McDonald’s Allemagne

Annoncé à la fin du test du McSaucisse, cet hamburger est la deuxième création insolite que j’ai dégoté chez McDonald’s Allemagne.

Le Shrimp Lemon (vendu dans un emballage de Filet-o-fish) est comme son nom l’indique un hamburger avec de la crevette comme ingrédient principal !

Au niveau des ingrédients, on retrouve un duo roquette / salade iceberg avec une sauce citronnée et le fameux « steak » de crevettes. Mais attention, ce n’est pas une espèce de préparation mixée à base de crevettes. Le « steak » est composé d’une dizaine de crevettes entières que l’on aperçoit si l’on regarde bien. Pour ne pas fatiguer vos ptits yeux, je me suis amusé à décortiquer le « steak ». Pour terminer avec les ingrédients, le bun est parsemé d’herbes que je n’ai pas pu identifier (comprenez par là : elles étaient insipides).

Contrairement au Nürnburger que j’ai adoré, le Shrimp Lemon m’a laissé complètement indifférent.

On ressent vaguement un piètre arrière-goût de crevette qui est tout sauf agréable. Quant à la sauce citronnée, elle n’arrive pas à rehausser le goût de cet hamburger. Les quelques feuilles de verdure sont simplement présentent pour la figuration et le seul mot qui me vient à l’esprit pour décrire la texture est : mou. Je n’ai pas fini le Shrimp Lemon.

Mais d’un côté, cela ne m’étonne pas trop que cette création de McDonald’s Allemagne  ne soit pas bonne. Les connaisseurs me corrigeront peut-être, mais je pense que certains ingrédients comme la crevette ne peuvent tout simplement pas être servis dans un hamburger.

Et vous alors, avez-vous déjà mangé un hamburger insolite ?

Test : Nürnburger, le McSaucisse par McDonald’s Allemagne

Je n’ai pas pour habitude de tester des produits provenant de la restauration rapide. Certains comme Cristian ou Bixouille le font beaucoup mieux que moi. Mais fasse à un tel hamburger proposé par McDonald’s Allemagne, je me devais de vous le présenter.

Alors qu’une partie de la carte est identique dans tous les McDo du monde, les différences culturelles propres à chaque pays font que la chaîne doit adapter son offre pour « coller » aux goûts locaux. Il est donc plutôt logique que l’on trouve un hamburger à la saucisse dans les McDonald’s allemands. La saucisse utilisée est appelée Nurnberger Bratwurst (car provenant de la ville de Nuremberg), d’où le nom de ce hamburger : Nürnburger. Pour vous la raconter pendant les barbecues cet été, sachez que l’on utilise du porc et que la marjolaine est l’herbe aromatique qui caractérise la Nurnberger.

Pour revenir à notre Nürnburger, McDo respecte les usages puisque que normalement il faut mettre trois Nurnberger Bratwurst dans un brötchen (petit pain). On ne retrouve pas la classique tranche de tomate ou la feuille de salade, mais tout simplement quelques oignons frits avec du Senf (moutarde).

Dès l’ouverture du sachet, j’ai tout de suite été assailli par une très bonne odeur de Senf. Les deux autres ingrédients se ressentent uniquement lorsque l’on croque dans le Nürnburger. Et bien je dois dire que j’ai été très agréablement surpris ! On retrouve tout à fait le goût caractéristique et la texture de la Nurnberger Bratwurst. Les oignons frits m’ont semblé superflus, car le Senf suffit à rehausser la saveur des saucisses. Le pain est simplement un poil trop mou. Au final, le Nürnburger est tout à fait réussi et n’est pas une version « McDonalisée » de ce sandwich typiquement allemand (sauf les oignons).

La carte allemande du McDonalds accueille en ce moment un autre hamburger temporaire plutôt insolite. Vous le découvrirez très prochainement sur MiamZ.

Pub

Recherche

Revue de Presse

  • No bookmarks avaliable.

Blogoliste

Commentaires récents

Catégories

Étiquettes

Articles récents



En passant