Test : le blender Kitchenaid

Avec plus de 90 ans dans les pattes, Kitchenaid demeure une des marques d’appareils ménagers les plus prestigieuses et les plus plébiscitées. D’autant plus que leur produit phare, le fameux robot artisan, a su traverser les décennies sans voir son design ni son fonctionnement transformés. Mais depuis la marque a élargi sa gamme de produits et tente de s’imposer sur d’autres marchés que celui du multifonctions. Ainsi face à Kenwood, Moulinex ou autre Cuisinart, Kitchenaid a dégainé l’année dernière un nouveau blender.

La marque proposait déjà un modèle : l’Ultra Power. Derrière ce nom d’attaque pokémon se cachait déjà une belle machine, que les constructeurs ont voulu cependant booster. Désormais plus puissante, plus facile à monter et il faut le dire plus design, ce nouveau blender/mixer n’a pourtant rien de révolutionnaire. D’un côté, l’innovation n’est pas la stratégie marketing préférée de Kitchenaid, qui prône bien au contraire la tradition, le classique indémodable et de qualité.

Il faut bien l’avouer, la qualité est présente… le prix aussi. Mais si les 200€ à débourser peuvent faire frémir, l’épaisseur du bol en verre ou la robustesse du socle en métal ont de quoi rassurer. Rien ne fait plastique bas de gamme. Les lames en acier inoxydable quant à elles semblent être à l’épreuve de tout et n’importe quoi, faut-il encore qu’elles atteignent la nourriture. En effet, il est parfois nécessaire d’aider un peu la machine avec une spatule pour repousser la préparation vers les lames. Mais ce léger problème est inhérent à bon nombre de blenders.

Il faut surtout souligner l’efficacité et la précision de la machine. Efficace car il suffit de quelques secondes pour effectuer les tâches les plus basiques : jus, pâte à crêpe, poudre de gâteaux… Et précise car lorsqu’il s’agit de tâches plus délicates, le Kitchenaid n’est pas en reste. Grâce à ses 5 vitesses (mélanger, découper, fouetter, mixer, liquéfier) et surtout grâce à la fonction pulse, qui permet un travail par à-coups, vous pourrez obtenir de parfaits crumbles sans avoir à vous salir, ou encore des fraises écrasées grossièrement sans avoir à faire souffrir la fourchette et votre poignée.

Qu’en est-il de la sécurité ? Il n’y a pas de système autobloquant par le couvercle comme certains modèles donc évitez d’y fourrer la main de vos gosses, à moins qu’ils le méritent vraiment. La seule sécurité réside dans la rondelle en caoutchouc qui fait également office d’étanchéité et qui seule vous permettra de relier le socle à son récipient. Il faut donc veiller à ne pas perdre ce petit bout de plastique, notamment lors du nettoyage. Tout passe au lave-vaisselle ; et à la main, seul le récipient en verre est peu aisé à laver contrairement au socle et à ses lames.
En matière de petit électroménager, il est parfois nécessaire de mettre le prix pour acquérir un appareil de qualité au lieu d’acheter une misère un appareil qui ne tiendra pas une année. Car si le prix est élevé (et encore, il a baissé), Kitchenaid propose ici un produit robuste qui durera dans le temps et dont la précision le distingue des autres machines.

Les + :

  • C’est du costaud !
  • Bourrin ou chirurgical, à vous de voir.

Les – :

  • Besoin d’un coup de main plus souvent qu’on ne le croit.
  • Je suis persuadé qu’un jour je perdrai cette foutue rondelle de caoutchouc.

Test réalisé par Mr. Topinambour.

N’oubliez pas que la troisième semaine de concours de Ma Boîte Bio vient de commencer. Pour tenter sa chance c’est par ici !