Des nouvelles du marché des alicaments

Dans le magazine Management n°175 (mai 2010), on découvre entre-autre un article très intéressant sur les alicaments.

Porté par des marques emblématiques telles que Actimel, le marché des aliments, ces produits censés réduire le risque d’apparition de certaines maladies, est en pleine expansion avec une croissance de 20% par an. En ce qui concerne Danone, en 2000 la part des alicaments dans la vente des produits laitiers frais était de 9% (0.45 milliard d’euros). 9 années plus tard, cette part se retrouve à 46%, soit 3.9 milliards d’euros!

Les marques misent de plus en plus sur les allégations santé au point que "près d'un produit alimentaire sur quatre lancés actuellement en France met en avant un argument lié à la santé" (les probiotiques par exemple). Cela permet de vendre un alicament entre 50 à 100% plus cher que son équivalent « classique ».

D’ici l’année prochaine, les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer aux USA pourront retrouvé dans les pharmacies un produit fabriqué par Danone sous la marque Nutricia (fabricant de spécialités alimentaire à destination des hôpitaux). Souvenaid sera censé améliorer les facultés cognitives de ces patients.

Dans l’article de Management, on apprend aussi que certaines marques ont lié des partenariats avec des assureurs pour donner plus de crédit aux alicaments. Ainsi, la Maaf accordait en 2006 une remise sur la complémentaire santé des assurés qui consommaient des produits de la gamme Fruit d’Or Pro-Activ (Unilever). De même, les AGF se proposaient de rembourser en partie le Danacol (Danone).

Aux niveaux des nouveautés, on découvre que Elvir (Caprice des Dieux, Elle & Vire…) devrait lancer un yaourt pour lutter contre l’ostéoporose (enrichi en vitamine D, calcium et antioxydants) à la manière de Densia (Danone). Le développement se fait en partenariat avec le laboratoire de Nutrition Humaine de l’INRA de Clermont-Ferrand. Enfin, Coca-Cola et Shiseido préparent au Japon une boisson fonctionnelle avec des vertus supposées bénéfiques pour notre peau.

Densia, le yaourt riche en calcium et en vitamine D de Danone

Il y a du nouveau dans le vaste monde des alicaments! Vous savez, ces produits alimentaires qui sont censé réduire l’apparition de certaines maladies ou même qui les préviennent dans le cadre d’une consommation régulière. Chez Danone, l’un des plus connus est l’Actimel. Celui-ci a d’ailleurs beaucoup fait parler de lui avec son copain le Activia, car une étude à montrer qu’ils participeraient à l’obésité. On peut aussi parler du Essensis, la yaourt qui vous donne une belle peau… mais qui s’est avéré être un flop. Revenons à nos moutons.

densia2

Selon le magazine LSA, il semblerait que Danone soit sur le point de lancer en France son nouvel alicament appelé Densia. Il serait déjà en vente en Espagne et au Portugal.

Densia, pour « densité osseuse », cible les femmes de plus de 50 ans qui pourraient être amenées à avoir une diminution de la densité osseuse. En effet, on apprend sur le site de Densia que les besoins en calcium augmente de 30%  après 50 ans et que 50% des femmes de plus de 50 ans courent un risque d’être en déficience de calcium.

densia3

On retrouve une concentration de calcium équivalente à 400mg dans chaque pot (30% des besoins quotidiens de calcium) ainsi que 5 µg de vitamine D (pour fixer le calcium). Pour ce qui est de la teneur en matière grasse, on ne dépasse pas les 1.5%.

Les couleurs du pot sont logiquement adaptée pour coller au public féminin. Il en va de même pour les saveurs. Ainsi, on retrouve:

  • Densia Nature
  • Densia Fraise
  • Densia Fruits rouges
  • Densia Vanille

densia1

En fait, Densia c’est un peu le Danonino pour les femmes de plus de 50 ans. Espérons que Densia ne connaisse pas le même sort qu’Essensis.

L’Activia et l’Actimel rendent obèse

Derrière ce titre très racoleur, se cache une polémique qui a vue le jour en 2008. Avant d’aller plus loin, voici une photo où l’on voit deux poussins. Pourriez-vous me dire qu’elle est la différence flagrante?

200408PG01

En effet, l’un est beaucoup plus gros que l’autre. Mais ce qui est intéressant de savoir, c’est le « pourquoi du comment ».

Selon La Provence, le professeur Didier Raoult a mené une expérience sur ces deux poussins provenant d’une même mère. De même, les oeufs ont éclos le même jour et ils ont mangé la même nourriture. Pour obtenir ce résultat, M. Raoult a simplement introduit dans le tube digestif d’un des poussins une petite bactérie de rien du tout appelée lactobacillus fermentum. Il a obtenu des résultats similaires avec la bactérie bifido-bacterium.

L’utilisation des probiotiques pour faire grossir plus rapidement les animaux n’est pas une nouveauté puisque cela fait près de 50 ans que cette technique est utilisé dans le secteur.

Alors que la bactérie lactobacillus fermentum est utilisé pour faire fermenter les produits laitiers, la bifido-bacterium est très largement présente dans les Activia et autres Actimel.

En février 2008, Didier Raoult a posé cette question dans la revue British Poultry Science:

Et si les bactéries utilisées pour la transformation des produits laitiers étaient en partie responsables de l’épidémie d’obésité qui frappe les pays occidentaux ?

Il est vrai que le sujet mérite d’être creusé.

Et bien selon le Canard Enchainé, « des chercheurs ont comparé la flore intestinale des obèses et des non-obèses. Et là, surprise, les premiers étaient bourrés de probiotiques, ceux qu’on trouve justement dans les yaourts santé. »

Bref, si le lien probiotique/obésité est avéré, alors Danone nous aura bien pris pour des c** avec ses « bonnes bactéries ».

Je vous invite aussi à lire l’article écrit par anneso dans le blog « unmondepresquerose ».